Justine Serrano

Justine Serranoportrait_justineSerrano
(32 ans)
Marseille –

Originaire de Vitrolles, j’habite Marseille depuis 6 ans et travaille dans un laboratoire de recherche comme physicienne des particules.

Racontez en quelques lignes les raisons de votre adhésion à Nouvelle Donne :
J’ai toujours était sympathisante socialiste. En 2012, le changement, j’y croyais… au moins un peu. La gauche avait toutes les cartes en main pour faire quelque chose d’intéressant, œuvrer pour plus de justice dans la société, redonner de l’espoir aux Français que le précédent gouvernement n’avait cessé de diviser, opposer.
Mais je me suis rapidement aperçue que le changement n’allait pas arriver, quelle déception… quelle  trahison ! J’ai entendu parler de Nouvelle donne en début d’année 2014. Outre les idées politiques, économiques et écologiques que je partage, j’ai tout de suite été séduite par l’aspect « parti citoyen ». J’ai décidé d’adhérer et d’aller voir ce qu’il se passait au Colbert le jeudi soir…

Aviez-vous déjà adhéré à un parti politique avant ?
J’ai été adhérente au parti socialiste. Il faut dire que j’ai grandi dans une ambiance militante car mes grands-parents étaient très actifs au PS. Enfant, ils m’emmenaient dans les meetings et me faisaient dessiner au dos des affiches de Mitterrand ! J’ai milité 2 ans à Paris dans le 5e arrondissement, j’en garde un très bon souvenir. L’ambiance était studieuse, les gens volontaires, les jeunes très actifs.
J’ai ensuite déménagé à Marseille. Je ne voulais pas adhérer au PS dans les Bouches du Rhône, connaissant les pratiques locales… J’ai fini par le faire pour soutenir la campagne de François Hollande. J’ai fait beaucoup de porte à porte, ce qui fut une expérience très intéressante, autant pour avoir discuté avec des gens que je n’aurais jamais pu rencontrer autrement, que pour l’inventivité des Marseillais à trouver des excuses pour laisser leur porte fermée !

Que pensez-vous de la politique en général ?
La politique est essentielle. Elle devrait être le moteur du progrès social, du vivre-ensemble, du partage des idées. Mais elle a petit à petit perdu ce rôle pour devenir un moyen de faire carrière pour certains, une planque pour d’autres, et se donne en spectacle sur twitter et les plateaux des chaines d’information continue. Je suis triste de voir le désintérêt des jeunes pour la politique, mais je les comprends. Elle est devenue tellement médiocre. Il n’y a plus de débat d’idée et surtout plus aucune responsabilité des élus. Elle doit absolument retrouver sa crédibilité sinon les extrêmes gagneront.

Qu’attendez-vous de Nouvelle Donne ?
J’espère que Nouvelle Donne va redonner l’envie aux gens de croire en la politique, de s’engager, de ne plus voter « contre », mais de voter « pour ». Les citoyens doivent comprendre qu’ils ont le pouvoir de changer les choses. Chacun a sa place en politique, chacun doit participer à la vie démocratique de son quartier, de sa ville ou de son pays. Nouvelle Donne est le seul parti à le dire et à le mettre en pratique… La preuve : suite à mon audition par une commission composée d’adhérents, je me suis retrouvée tête de liste pour les élections sénatoriales ! Beaucoup de gens m’ont fait part de leur sympathie, voire de leur admiration pour mon engagement. Je voudrais leur dire que ce n’est vraiment rien d’exceptionnel… tout le monde peut le faire ! Alors pourquoi laisser toujours les mêmes au pouvoir ?