Travailler autrement

Un exemple à suivre pour reconquérir de la qualité de vie et notre indépendance.

Une scierie dans le Limousin qui a décidé de travailler autrement, c’est Ambiance Bois.

Les salariés ont sorti de la poussière un statut datant de 1917, la SAPO : Société Anonyme de Participation Ouvrière et l’ont adapté à leurs besoins.

Ils tirent leur P-DG au sort, touchent tous le même salaire et surtout :

Chez nous comme partout, il y a des couacs, des conflits », tempère Rémy Cholat. « Mais, à une époque où l’on parle beaucoup de souffrance au travail, de peur (…) ici on ne l’a pas. Et ça, c’est énorme

© Le Télégramme

Découvrez l’article sur le Télégramme Creuse. Une scierie qui « travaille autrement »

Maintenant, après leur en avoir demandé l’autorisation par courriel, je vais leur laisser la parole :

Une entreprise pour expérimenter :

La création de l’entreprise, en 1988, visait aux yeux de ses fondateurs à expérimenter d’autres manières de travailler qui puissent répondre à leur volonté de vivre le travail sous des modalités différentes de celles qui régissent habituellement le monde de l’entreprise: hiérarchie, sectorisation des rôles, inégalités des salaires et des responsabilités, pouvoir de décision réservé aux détenteurs de capitaux, etc…

Cette volonté, portée par les fondateurs, a toujours été au cœur du projet d’Ambiance Bois, et c’est autour d’elle que se sont retrouvées les personnes qui ont rejoint l’entreprise depuis sa création. Ce faisant, nous renouons avec le projet des coopératives ouvrières du XIXe siècle, avec l’utopie autogestionnaire des années 1970, la critique plus radicale de l’économie développée dans les dernières décennies du XXe siècle et aujourd’hui celle des mouvements alter-mondialistes.
Mais nous ne voulons pas séparer la réflexion de l’action, le discours de la pratique. Dans un contexte général qui considère que le rôle principal d’une entreprise est de générer du profit et des richesses, Ambiance Bois met en pratique avec heurts et bonheurs la recherche d’une dynamique sociale et solidaire au sein de l’entreprise. C’est l’économie et l’argent au service de l’homme et non le profit comme seul objectif et l’homme comme outil subordonné à cet objectif.
Ainsi tout en étant contraints comme dans toute entreprise par les bilans financiers, les commandes, la productivité, nous décidons de la conduite de l’entreprise en fonction de critères non exclusivement économiques.

On notera la démarche volontaire des fondateurs et salariés qui ne se contentent pas d’une forme alimentaire de l’entreprise, fusse-t-elle auto-gérée, mais lui confèrent une dynamique en harmonie avec leurs convictions.

Les pratiques coopératives :

La gestion est collective et les principales décisions sont discutées et assumées par les salariés. La formulation « principales » me permet de penser qu’il reste une certaine autonomie pour les décisions « secondaires », il est évident qu’une entreprise ne peut vivre dans un état de débat permanent.

Les salaires sont égaux, une suite logique de la responsabilité assumée des prises de décisions et des particularités suivantes :

Le partage des tâches les plus pénibles et répétitives ainsi que la polyvalence, qui permet de ne pas occuper un poste unique toute sa vie de travail, doivent renforcer la cohésion du groupe et faciliter la prise de décision collective.

Favoriser le temps partiel permet aux salariés qui le désirent de se consacrer à autre chose qu’au travail, la famille, un engagement associatif, la liste n’est pas exhaustive.

Le Président Directeur Général est tiré au sort parmi des volontaires n’ayant pas encore occupé ce poste. Il tient ce poste pendant 2 ans. Ainsi, chacun peut affirmer sa coresponsabilité pour la gestion et face à la loi.

Le statut choisi, celui de SAPO, met le « capital social » (le travail et les salariés) de l’entreprise sur un pied d’égalité avec le capital financier, sans pour autant fermer la porte à ce dernier. Le pouvoir de décision ainsi que la répartition des bénéfices se répartissent donc à 50/50 entre ces deux ressources de l’entreprise. Il faut préciser que les actionnaires sont tous salariés d’Ambiance Bois.

Pour finir je leur rends la parole :

L’équipe au centre du projet :

Elle est composée d’une vingtaine de personnes. Nous souhaitons conserver l’aspect humain à l’entreprise, ce dernier étant une des conditions de la réussite du projet coopératif. Les choix de fonctionnement impliquent une forte responsabilisation des membres de l’équipe qui décident ensemble des évolutions de l’entreprise. Il s’agit de peser à chaque fois le sens et l’intérêt des décisions qui sont prises, à la fois d’un point de vue économique, mais aussi en termes social, territorial, de qualité de vie ou de confort de travail, en termes également d’intérêt et d’utilité des produits fabriqués. La pratique coopérative qui suppose la maîtrise et la réappropriation par chacun du temps passé au travail, permet que celui-ci soit partie intégrante de nos vies, exactement au même titre que les autres aspects de notre existence.

Conformément à la charte web Nouvelle Donne, je ne peux faire un lien vers le site d’Ambiance Bois, une recherche rapide sur votre navigateur vous y mènera en un clic et vous permettra d’évaluer la solidité du concept ainsi que l’harmonie des produits avec la philosophie de l’entreprise et de ses salariés, l’une n’existant pas sans les autres. Je vous conseille leur page Actualités – Revue de presse et médias qui comporte des articles de presse ainsi que des vidéos les concernant.

Travailler autrement est donc possible et la durée de l’expérience tend à prouver la validité de leurs arguments. J’allais oublier un fait d’importance, ils créent de l’emploi.

À suivre, un article comparatif sur les statuts SAPO et SCOP.

Merci à Remy Cholat d’Ambiance Bois pour sa réponse amicale et rapide à ma demande d’autorisation et merci à tous les salariés de cette entreprise pour cet exemple qui nous est donné.

En savoir plus ? Une vidéo Carnets d’utopie

Ensemble reprenons la main.

Image à la une : par Jos du 24/06/2009 sous licence CC BY

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *